Les + de médiation 89

Un magnifique message de Thomas d’Ansembourg qui dit que la paix commence par chacun de nous et qui s’appuie sur les processus de Communication Non Violente que Marie-Christine Bailliet utilise dans tous ses accompagnements : en médiation, en atelier, dans les Bulles à couple, et aussi dans le jardin.

https://www.youtube.com/watch?v=7WI1joJ3SlY

Information

La générosité nous rend heureux

Une équipe internationale de neuro-biologistes des Universités de Zurich, Lübeck et Chicago a pu montrer par l’imagerie cérébrale que la générosité et le sentiment de bonheur sont associés dans notre cerveau, ainsi que cela ressort d’un article publié dans le journal Le Temps (Genève) le 12 juillet 2017. L’expérience scientifique a ainsi confirmé ce que des travaux en psychologie avaient déjà identifié : la corrélation positive entre la générosité, l’altruisme, l’empathie et le sentiment de bien-être.

L’équipe a établi un protocole d’expérience en deux phases qu’elle a testé auprès de 48 participants répartis en deux groupes. Au début de la première phase, les participants apprennent qu’ils vont recevoir chaque semaine une certaine somme d’argent pendant 4 semaines. Les 24 personnes du premier groupe – le groupe expérimental – s’engagent à dépenser cet argent pour les autres ; les 24 personnes du second groupe – le groupe de contrôle – s’engagent à dépenser cet argent pour elles-mêmes. Lors de la seconde phase, les participants doivent prendre une décision dans laquelle ils peuvent se comporter avec plus ou moins de générosité, pendant que l’on mesure leur activité cérébrale à l’aide de l’imagerie par résonance magnétique. Le niveau de bien-être des participants a aussi été évalué au moyen d’un questionnaire standardisé, une fois avant le début de l’expérience et une fois à la fin de celle-ci.

Résultat : au niveau comportemental, les participants du premier groupe qui avaient promis dans la première phase de dépenser leur argent avec un objectif altruiste ont fait preuve de plus de générosité dans la deuxième phase et, d’après leur réponse au questionnaire, ont vu leur bien-être augmenter plus que ceux du groupe de contrôle. Au niveau neuronal, on observe chez les participants du groupe expérimental que l’activité du striatum ventral, lié au bien-être, augmente de façon corrélée avec celle de la jonction temporo-pariétale, liée à la générosité.

L’une des tâches du médiateur ne consiste-t-elle pas d’abord à construire pas à pas la confiance, qui va conduire chaque partie à se décentrer de son vécu, à se mettre à l’écoute de l’autre, à s’ouvrir au dialogue, pour remettre en question ses propres certitudes, reconnaître le vécu de l’autre, prendre conscience des valeurs partagées ? Lorsqu’il a lieu, l’échange réparateur de la rencontre de médiation permet de restaurer le lien interpersonnel et social. Le changement qui s’est opéré devient alors visible sur les visages et dans les attitudes. Avant, les parties arrivent séparément, tendues, ne se regardent pas, n’échangent pas un mot. Après, elles se serrent la main, soulagées, et repartent ensemble. Dans les médiations de voisinage, il arrive fréquemment qu’elles s’embrassent.
Janie Bugnion, Administrateur ANM